Cholula, Puebla – Une petite grande ville aux mille couleurs!

Tomber sous le charme des communautés rurales du Michoacán
17 November 2018
Moments magiques et uniques à Palenque, Chiapas
3 December 2018

Après plus de 6 semaines à notre base à Benito Juárez au Michoacán, « Merci la vie » s’est remis en branle pour entreprendre un périple de 5-6 mois sur la route du Mexique pour explorer les états de Puebla, Chiapas, Campêche, Yucatan, QuintanaRoo, Oaxaca, etc. Notre premier arrêt – Cholula, Puebla.

Après une route de 400 km, presque sans encombre, nous sommes arrivés hier en fin d’après-midi à Cholula en créant, bien malgré nous, un gigantesque trafic dans le centro de la ville. Mea Culpa, c’était entièrement de ma faute!

Que je vous raconte; ça fait quatre ans et demi que nous sommes à temps plein sur la route, et à 99 % du temps, nous arrivons à nos destinations sans fracas. Une fois on s’est perdu royalement à Niagara Falls (2014), dans le quartier résidentiel – pensez-y un peu : rouler en motorisé classe A Pusher plus une auto, c’est 53 pieds qui parfois a un peu pas mal de difficulté à tourner sur une pièce de vingt-cinq sous! Hier, Bernard conduisait, et à l’approche de la ville Cholula, je prenais mon temps pour vérifier ce que notre carte Google et TomTom nous indiquaient, spécifiquement la bonne sortie à prendre. Ah, voilà la sortie, je la vois. Mais en une fraction de seconde je m’aperçois que non, finalement c’est 500 mètres de plus à faire. Mon Bernard, qui normalement n’en fait qu’à sa tête quand il conduit, eh bien cette fois-ci il m’a écouté comme un bon garçon. On continue sur l’autoroute, et juste quand on passe tout droit devant la mauvaise/BONNE sortie… Je crie : AHHHHHH on s’est trompé!!!!

Bien calmement, mon Bernard continue jusqu’à ce que l’on puisse sortir à nouveau, et  là, directement dans une courbe, il se met sur le côté et me laisse lentement refaire un autre itinéraire afin d’éviter de passer dans le centro (centre-ville) de Cholula. Car nous avons un règlement : jamais, au grand jamais on ne passe dans le centro. En 5 minutes et bien des coups de klaxon + quelques mots « doux » à l’homme, je refais un autre itinéraire. On redémarre, on avance lentement dans une voie double – tout va bien. Puis le GPS nous indique de tourner vers la gauche… OK, gauche on tourne…. Et bien trop tard, je la vois : une affiche indiquant qu’on file tout droit vers le CENTRO!!!

En moins de 5 secondes, je fais tasser Bernard sur le côté d’une petite rue, une chance – on a de la place pour détacher l’auto. En arrière de nous, une file d’autos klaxonnent et rouspètent, car on laisse peu de place pour passer… mais ça passe. On rencontre un Français, imaginez, oui oui, un Français en plein milieu de nulle part qui nous dit : vraiment, vous pensez sérieusement passer dans le centro… Heu, non pas vraiment que je réponds, on cherche une alternative. Il nous indique vite fait comment sortir du pétrin. Je pars en auto en éclaireur, question de vérifier si « Merci la vie » passera. Je reviens et dis à Bernard, OK, tu me suis – regarde tu vois le 1er tournant à gauche, gros camion qui nous bloque le coin – et qu’il me répond en mâle : pas de problème, ça va tourner. Et bien devinez quoi???? Niet, pas du tout, ça pas tourner, et c’est là que le fun a commencé. 15 à 20 minutes à essayer de reculer, braquer les roues, d’entendre les klaxons de toute part + plus les échanges non verbaux et verbaux entre moi et Bernard. On change de chauffeur, Bernard maintenant me guide dehors, sous le regard impatient des autres conducteurs – puis le chauffeur du camion décide de bouger après avoir faire rouler son moteur pendant 5 minutes en crachotant du noir et finalement on se sort de l’impasse. Vous auriez dû voir la file d’autos… outch!

On rechange de chauffeur, puis à deux autres coins de rue – encore, on reste pris – trop étroite. Difficiles manœuvres encore une fois, et klaxons et plein d’autos de bloquer à cause de nous – Oh misère! Y fait chaud en dessous du dessous de bras, beaucoup de mots doux s’échappent entre moi et Bernard… Mais on respire par le nez. Finalement, après une courte virée dans le centro, on en ressort sans égratignure. On arrive presque à destination. Je dis à Bernard de rester le long de l’accotement pendant que je repars voir où est la barrière d’entrée du campement. Eh ben, il n’y a pas de campement, j’ai beau chercher – rien. Je regarde attentivement les détails du GPS, OMG je m’aperçois que j’ai simplement entré les mauvaises coordonnées!!!! Ahhhh, que je me dis, mon Bernard va m’assassiner. Je lui dis mon erreur – il me regarde sans un mot, il respire. OK, je vais refaire l’itinéraire attends ici, je reviens. Ça me prend 15 minutes à trouver mon chemin pour finalement trouver le fichu de campement Las Americas. Je regarde la porte d’entrée – Outch, va-t-on passer????

Je retourne chercher Bernard, et il me suis jusqu’au campement, et sans problème on se faufile dans l’étroite entrée sans rien accrocher. Je peux vous dire que la bière froide fut la bienvenue et surtout on s’est regardé tous les deux et l’on est parti à rire… on s’aime encore!

Ce matin nous sommes partis en aventure découvrir Cholula. Nos amis, Moira et Graeme, qui nous ont précédés ici l’an dernier, nous avait partagé comme la ville magique/Pueblo Magica de Cholula recélait de surprises – ah, vraiment un impératif à visiter, ne serait-ce que pour sa pyramide, ses couleurs magnifiques, ses musées, etc.

Nous avons commencé notre exploration en gravissant la colline qui mène à l’Iglisia de Nuestra Señora de los Remedios qui est juchée sur le sommet de la grande pyramide et qui offre une vue magnifique sur Cholula d’un côté et sur Puebla de l’autre.

Cholula, officiellement Cholula de Rivadavia, est une ville mexicaine de l’État de Puebla, à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Puebla, la ville capitale de l’État. Son nom vient de Cholōllān en langue nahuatl, qui peut signifier « le lieu où l’eau tombe » ou bien « lieu de la fuite » (choloa, « fuir » et — llan, « lieu »). Elle est connue pour sa Grande Pyramide et ses très nombreuses églises (environ 70).

Cholula compte à peu près 275 558 habitants. Elle est située à 2 135 mètres d’altitude, au pied du Popocatepetl, un volcan toujours en activité.

L’histoire de Cholula;  

Cholula fut une cité précolombienne habitée en leurs temps par de nombreux peuples comme les Mayas, Mixtèques, Zapotèques, Olmèques, etc. Elle daterait au minimum du IIe siècle av. J.-C. d’après les archéologues et serait donc une des cités les plus anciennes de Mésoamérique. Un des premiers peuples qui s’y installa, les Epatláns, en firent déjà un lieu de culte.

Vers 200, la première pyramide de Cholula est construite. Elle fait 120 m de côté et 17 m de hauteur. Vers la fin de l’époque classique (800), la ville serait tombée sous le joug des Olmèques-Xicallanca et ses habitants auraient été expulsés. Mais il apparait que contrairement à Teotihuacán, elle échappa en majeure partie à la destruction. Cependant plusieurs théories coexistent pour expliquer cette période. Vers 1164 (1 Tecpatl du calendrier aztèque), les Toltèques et les Chichimèques y arrivèrent et y introduisirent le culte de Quetzalcóatl. À l’arrivée d’Hernán Cortés en 1519, c’était la seconde plus grande ville de l’empire Aztèque (après la capitale Tenochtitlan), avec probablement plus de 100 000 habitants. Cortés, qui s’y était arrêté alors qu’il marchait vers Tenochtiltan, eut vent d’une embuscade que les Aztèques voulaient lui tendre à la sortie de la ville. Il décida de frapper le premier et convoqua les notables de Cholula au temple de Quetzalcoatl. Une fois ceux-ci arrivés, Cortès les fit massacrer et ses alliés Tlaxcaltèques mirent la ville à sac ː massacre de Cholula.

Grande Pyramide;

Cholula est célèbre pour sa Grande Pyramide, construite à l’origine par les Olmèques trois siècles av. J.-C.  Elle a été complétée et utilisée par les Toltèques et les Aztèques comme lieu de rituel religieux et de sacrifice humain. Aujourd’hui la pyramide disparaît presque entièrement sous une colline d’aspect naturel au sommet de laquelle trône l’église de Nuestra Señora de los Remedios, « Notre-Dame-du-Bon-Secours » en français. C’est la plus grande pyramide faite par l’homme en termes de volume déplacé (4,45 millions de m3)2. Elle fait 350 m de côté et 66 m de haut.

Ne manquez pas de visiter le tunnel qui passe sous la pyramide et son musée.

Se perdre dans le Centre de Cholula lorsqu’on est à pied est tout simplement charmant. Les petites maisons et les marchands abordent tous des murs peints de magnifiques couleurs. Les boutiques sont mignonnes comme tout, les gens sympathiques à souhait. Beaucoup à voir! Un coup de cœur assuré!  Hasta Luego xoxoxo

4 Comments

  1. Mario Lefebvre says:

    Bonjour

  2. Dada says:

    Vraiment superbe. Merci pour ce partage.

Laissez votre commentaire

Translate »
Skip to toolbar