De Chapala à Morelia

Merci la vie reprend sa route
19 February 2017
Histoire d’O
10 March 2017
Après une courte nuit due au fait que mon chum et moi avons écouté des p’tites vues un peu trop tard, que Myco & Pink ont décidé de jouer à la « tag » pendant la nuit, que je me suis levée 3 fois pour allée vous savez où, que je n’ai pas arrêté de faire la crêpe en virant de bord au 5 minutes… je disais donc, que oui, me suis levée très tôt, pas du tout grognon, mais bien juste au très très ralenti. Je regarde dehors, il fait noir encore avec, à peine à l’horizon, une faible lueur rosée. Je passe un gros chandail par-dessus mon pyjama et mon Bernard me dit;

« Tu t’en vas où comme ça? »

« M’en vais voir le soleil au lac et j’amène Myco ». Et me voilà déjà dehors.

Brrr, pas chaud ce matin, mais l’air est bon. On se dirige au lac situé à 2 minutes de notre campement et je m’assois sur un joli banc en fer forgé bleu, au pied d’un immense phare – Myco se colle près de moi pour me garder au chaud. Je suis vraiment au parfait endroit au parfait moment – toute seule à écouter la nature, à regarder un spectacle que mère Nature m’offre gratos – un splendide lever de soleil sur le lac Chapala (le plus grand lac du Mexique) entouré de montagnes colorées. J’admire en silence l’horizon qui change de couleur aux secondes. Plein d’oiseaux font la danse du soleil. Puis Myco aboit. Au loin je vois mon Bernard qui vient vers nous et qui m’apporte mon bol de café au lait… je suis tellement gâtée! Je sirote doucement tout en surveillant du coin de l’œil si le soleil se pointe le bout du nez. Un de nos voisins se joint à nous. On jase. Puis à 7 h 11 précise, « Galarneau » fait son apparition. Je m’éloigne de la jasette pour admirer en silence – moment unique rempli de magie – devant moi la nature s’éveille, et me renvoie des images sublimes.

Lentement nous retournons vers « Merci la vie » pour prendre notre p’tit déjeuner. Ensuite nous rangeons tout ce qui traine pour prendre la route. Aujourd’hui (samedi) nous avons un itinéraire pas trop long qui nous amènera vers Morelia dans l’état de Michoacán au campement San Juan del Lago situé en altitude avec vue sur le 2e plus grand lac du Mexique – Lago de Cuitzeo dans la ville de San Juan Benito Juarez.

La route est magnifique, nous empruntons la #23 vers la ville de Chapala et d’Ajijic.

Ensuite nous bifurquons sur la nouvelle route « Mega libramento » qui nous permettra de rejoindre l’autopista #15. Conditions routières à 95 % parfaites. Nos péages nous ont coûté 1300 pesos – soit environ 90 $ CD – oui les autoroutes sont belles, mais il faut en payer le prix. Nous sommes ravis de voir autant de jolis paysages – immenses montagnes, lac, terres fertiles, fermes, petits villages coquets. On monte et descend comme dans les montagnes russes.

Nous ne pouvons nous rendre directement à notre campement, car, selon l’application iOverlander que nous suivons (génial pour trouver avec précision les campements partout en Amérique), si notre VR fait plus de 30 pieds de longueur, le proprio du campement doit venir à notre rencontre pour nous guider à travers la ville et ensuite nous rendre au camp. Alors tel que convenu, à 30 minutes de notre arrivée au point de rencontre, j’appelle Arturo, le proprio pour l’aviser que nous approchons.

Lago de Cuitzeo, San Juan Benito Juarez, Mx

À peine sommes-nous arrivés, que nous voyons Arturo venir à notre rencontre. Beau sourire, chaleureux, il était vraiment heureux de faire notre connaissance. Il nous informe qu’il faudra manœuvrer très doucement pour traverser la petite ville et qu’il passera devant nous pour s’assurer que tout est OK. Nous prenons soin de détacher la voiture du VR. Je laisse Bernard conduire « Merci la vie » et moi j’embarque dans la Fit et me place entre Bernard en arrière de moi et Arturo en avant. Let’s go c’est parti.

Joli village, coloré à souhait avec ses banderoles dans les rues, des gens qui nous envoient la main avec de beaux sourires, des rues très étroites avec des taupes (bosses anti vitesse), des balcons qui frôlent le VR, des fils électriques et drapeaux qui nettoient notre toit, des vaches, toutous qui nous frôlent… ha ha ha toute une galère! Je regarde mon amoureux dans mon rétroviseur, il fait ça comme un grand! Puis on entreprend la 2e partie de notre parcourt. Route en gros galets, les vaches, chevaux, etc. se multiplient aussi.

Puis Arturo nous ouvre la barrière de son domaine. Devant nous petite route en grosses pierres plates et cette grande colline à grimper jusqu’en haut. Arturo nous dit que tout ira bien, car le VR a un bon gros moteur diesel – c’est fort et ça grimpera tout seul. Je pars en avant dans la voiture et je grimpe jusqu’en haut – Outch c’est à pique, mais je fais confiance.

 

À peine garé, que je vois mon Bernard arrivé en haut de la côte – il a grimpé comme un champion et a remarqué qu’il n’était même pas en 2e vitesse, ni en 1e vitesse, mais bien en 1/2 vitesse – le moteur a ronronné de plaisir!

Arturo nous installe et on peut enfin admirer notre campement, malgré la pluie qui débute. C’est tout simplement D-E — T-O-U-T-E — B-E-A-U-T-É !!! Tout en haut de la colline avec une vue sur le lac. À l’exception qu’il y a beaucoup de crottins de chevaux qui sont en liberté ici à la grande joie de Myco.

En moins de deux, on s’installe, et hop une bière pour le chum et vino pour la madame! Demain on jasera plus avec Arturo, qui a un rêve à nous raconté… et nous irons visiter Morelia.  Merci la vie xxx

2 Comments

  1. Que c’est beau ! Merci encore du partage !

Laissez votre commentaire

Translate »
Skip to toolbar