Histoire d’O

De Chapala à Morelia
5 March 2017
Visite du Sanctuaire Sierra Chincua – Papillons Monarque
11 March 2017
Sauve qui peut, débordement à bord de Merci la vie!  Oui, je suis coupable!

Alors voici ce qui s’est réellement produit, hier matin, à bord de « Merci la vie », suite à mon court message sur Facebook où je mentionnais qu’une des hantises de Bernard s’était concrétisée et que j’étais la coupable.

En terminant de mettre de l’ordre et de balayer le motorisé, je me dis qu’il est temps de vider nos réservoirs d’eau usée (de la douche, vaisselles) et brune (jolis cadeaux emballés que nous laissons dans la toilette). Il faut savoir que chaque proprio de motorisés a ses propres manies et différentes routines concernant cette procédure d’évacuation des eaux.

Mon Bernard étant hyper occupé, je décide donc de procéder, avec ma propre routine. Je me rends donc à l’extérieur, ouvre la porte d’accès et commence à vidanger les eaux brunes en premier, tout en ouvrant le robinet d’eau pour remplir ce réservoir afin de le rincer en dernier. Ensuite j’ouvre la valve des eaux usées pour amorcer l’évacuation. Lorsque terminé, je revidange à nouveau les eaux brunes, dont le réservoir a été rincé par l’eau fraîche. Donc le réservoir « brun » est bien vide et propre et idem pour celui des eaux usées.

Pour vous aider à mieux comprendre:

Jusqu’à maintenant tout va bien, que je me dis. Je regarde notre réservoir d’eau fraîche qui est au tiers vide et décide de le remplir. Je bascule la valve verte qui est placée à la verticale (et qui nous alimente avec l’eau du campement) à la position horizontale pour commencer à remplir le réservoir d’eau fraîche. À ce moment, je me souviens clairement que l’homme du motorisé, me dit toujours : soit bien sûr de toujours remettre la valve à sa position initiale lorsque tu termines ta procédure. Oui, oui que je me dis. Alors pour ne pas oublier, je dis à l’homme : stp, mets un chronomètre pour 15 minutes.

Pendant ce temps d’attente, je joue avec Myco et fait du rangement à l’extérieur. Ding ding… chrono terminé que le chum me dit. Je vais voir le réservoir d’eau : pas encore tout à fait rempli. Je dis à Bernard : remets le chrono pour un 10 minutes de plus. Dring dring encore, je demande à Bernard, qui est maintenant dehors et moi en dedans, de remettre la valve verte bien à sa place, à la verticale. Dans ma tête la procédure de vidange et remplissage est bien complétée et avec succès!

Une demi-heure après, Bernard crie famine. Je regarde l’heure, effectivement 12 : 30 c’est l’heure du lunch! Pendant que Bernard fait les hotdogs sur le BBQ, je termine un dossier à l’ordi et ensuite je mets la table, je sors les condiments, etc. … Bernard arrive les hotdogs et on les prépare, lorsque tout à coup…. J’entends un bruit suspect provenant de l’espace de l’évier et de la douche. Ahhh que je me dis, ce bruit ressemble drôlement comme si le robinet d’eau extérieur était encore ouvert. Je demande à Bernard :

« Hey, aurais-tu oublié de basculer la valve verte? »

Il me répond :

« Ben non voyons! »

Je répète encore la même question, car il est évident que le bruit est toujours bien présent. Encore la même réponse.

Je lui demande sur un ton plus rude :

« Peux-tu stp, retourner dehors et bien vérifier si tout est OK avec cette valve? »

« Oui qu’il me dit »

En même temps qu’il se rend dehors, je me tourne vers l’arrière du motorisé pour porter attention à ce bruit de plus en plus dérangeant, et c’est à ce moment précis que :

Premièrement je vois l’eau couler de la salle de toilette vers la cuisine… oh malheur que je me dis!

Et que deuxièmement j’entends l’homme hurler dehors que j’ai oublié de fermer le robinet d’eau qui remplissait le réservoir d’eau brune!

AHHHH! Ca-ca-tastrophe. Je suis coupable d’avoir complètement oublié ce fichu de robinet!!!

Je cours à toute vitesse vers la bol de toilette – OUI — ça déborde!

Je flush rapidement et les eaux disparaissent là où il faut!

Je cours encore commencer à éponger l’eau qui coule vers la cuisine, en dessous du frigo (là où le chum range tous ses souliers et sa bière) dans l’aire de la douche. Je rouspète et tempête aussi après le chum qui ne réagit pas assez vite à mon goût pour me passer des essuie-tout, des serviettes. @#!# Arghhh je suis en beau « joual vert/brun » de ma bévue! Encore plus quand le chum me laisse en pan pour retourner rapido presto à son boulot, car il a un téléphone urgent. Je lui lance :

« Va dehors au moins pour voir que ça n’a pas déversé dans les soutes en dessous »?

Il s’exécute, et reviens après deux minutes :

« Oui, ça coule d’un côté, mais pas si pire. J’ai mis des trucs pour faciliter l’évacuation, et ne touche à rien tant que je n’ai pas fini mon appel.

“Oui, oui que je dis.”

Pendant son appel, je nettoie tout le dégât dans le motorisé. Pas si pire en réalité, comme si 2 litres d’eau un peu usée (pas de bruns, car s’était vide) étaient rentrés en dedans. Frotte, nettoie, lave… répète encore, essuie les souliers détrempés du chum. Place un gros ventilateur pour aider à sécher sous le frigo. Puis je vais dehors, et constate que tous les coffres sont ouverts et je vois bien l’endroit par lequel l’eau s’est infiltrée un peu. Je souffle… OK ce n’est pas si pire, ça a séché rapidement et sans odeur.

À la fin de l’après-midi, tout était revenu à la normale, même mon caractère flamboyant! Mon chum ne m’en a pas trop voulu, et moi j’étais bien repentante en lui disant : que je n’oublierais plus ce robinet, que je ferais hyper attention à l’avenir. Tous les deux, on s’est dit :

“Ça aurait pu être pire – imagine que nous soyons partis pour la journée… Outch je n’ose pas imaginer les dégâts auxquels nous aurions pu faire face! En bout de ligne, plus de peur que de mal et une sacrée leçon!

Merci la vie !

2 Comments

  1. Francine says:

    Doudounette de Christine j aurais aimé voir ca la panique s installé holala
    Bon retour les amis xxxxx

Laissez votre commentaire

Translate »
Skip to toolbar