Nos jours sont comptés !

Tepotzotlan et le festival des taupes!
19 mars 2017
Période de transition difficile
16 avril 2017

Demain matin nous reprendrons la route de San Miguel de Allende en direction des frontières mexicaines et américaines. L’itinéraire est planifié avec un arrêt « dodo » à Matehuala et ensuite une grosse journée de 700 km pour nous rendre au poste frontalier « Colombia Bridge » à Nuevo Laredo au Texas. Tous les documents sont prêts pour faciliter notre passage, tout est bien rangé à bord de Merci la vie, nous avons consommé pratiquement tous les restants du frigo (légumes, fruits, œufs, viandes…) – bref on est ready à passer dans le grand « scanner » des Américains –, car oui, Merci la vie sera scanné au grand complet lors de notre passage. Ça fait déjà trois ans qu’on voyage à temps plein, et nous avons toujours joué la carte de la transparence : rien à cacher, on déclare tout!

Nous anticipons une bonne période de transition pour notre réentrée au Québec. Pas juste concernant le coût de notre panier d’épicerie (oh misère je sais que ça sera le double ou le triple d’ici), le trafic, les réparations, la vitesse (tout va si vite), le contact avec notre famille et amis; veut-veut pas, nous revenons transformés. Plus que jamais la simplicité (vivre avec moins pour expérimenter plus) et la connexion spontanée avec ceux qui

Danse mexicaine par les enfants de la place

nous entourent, sont des valeurs fondamentales dans notre quotidien. Nous sommes aussi tellement super excités de revoir les filles, nos petits-enfants, nos amis de longue date. Hâte de nous réunir autour d’un repas chaleureux pour échanger, rire et se donner des câlins…

Le retour est prévu pour début mai. Juste avant nous serons dans la région de San Antonio au Texas et ensuite je serai deux semaines en bordure de la mer, à Galveston, à attendre mon Bernad qui sera en congrès à Vegas. Dès son retour, nous reprendrons la route vers le Québec.

Lorsque Merci la vie se mettra en branle vendredi matin, c’est une route de 4200 km qui nous offrira encore une fois, tellement de surprises et de cadeaux de la vie. Et pour ceux qui se demandent… combien de temps resterons-nous au Québec : eh bien une bonne partie de l’été c’est certain, avec de courts séjours un peu partout dans notre belle province et une visite au Nouveau-Brunswick – c’est sûr! Et oui, nous reviendrons au Mexique par la suite.

À bientôt! Merci la vie xxx

PS - Voici nos récentes découvertes, depuis les deux dernières semaines, en périphérie de San Miguel;

Dolores Hidalgo – Viva la poterie et la céramique;

Dolores Hidalgo Berceau de l’indépendance nationale est l’une des 46 municipalités de l’État mexicain de Guanajuato. La ville est située dans la région du centre-nord de son territoire et a une superficie de 1,656.18 kilomètres carrés. Selon le recensement de l’année 2010, la population a atteint 148 173 à l’échelon municipal et 59 240 dans la tête municipale.

La ville est reconnue par décret, à la fois le gouvernement local et fédéral, comme le berceau de l’indépendance du Mexique, comme l’atrium de la paroisse a été témoin Grito de Dolores, l’appel initial à prendre les armes contre le régime virreinal et la couronne espagnole délivrée par le prêtre Miguel Hidalgo y Costilla à l’aube du 16 septembre de 1810. Dans les temps anciens sur le territoire de Dolores Hidalgo CIN était connu parmi les populations indigènes comme Cocomacan, qui signifie « lieu où les colombes sont pourchassées ».

 

Bernard et moi sommes tristounets de quitter le Mexique que nous aimons pour sa culture , ses gens si accueillants, l’abondance et la fraîcheur des aliments de consommation, la mer, la jungle, son histoire via les villes coloniales. Mais surtout le rythme de vie qui nous amène à vivre dehors beaucoup plus souvent – car au Mexique tout ce passe en plein cœur des villes et villages, à la grande place centrale : que se soit jour du marché ou non, les gens connectent si facilement les uns aux autres et avec nous, se racontent des histoires ou enfilent de longues conversations sur leurs préoccupations et leurs rêves. Presque à tous les campements où nous restons, la vie bat son plein dehors – pas compliqué de se réunir autour d’un feu ou juste tirer nos chaises vers nos voisins et connecter sur une abondance de sujets; valeurs, politique, culture, religion, rêves, sports, petits-enfants…

 

Sous le charme de Santiago de Querétaro;

Nous avons vraiment été agréablement surpris de notre visite à Querétaro. Son quartier historico en vaut vraiment le détour, car il est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1996 pour son architecture coloniale. Cette très grande ville, fondée en 1531, Santiago de Querétaro, ou plus simplement Querétaro, est la capitale de l’État de Querétaro de Arteaga, au Mexique. C’est aussi le chef-lieu de la commune (municipio) de Querétaro avec un très grand quartier commerciale.

La ville se situe à environ 200 kilomètres au nord-ouest de Mexico, et se niche dans les montagnes à 1 825 mètres d’altitude. En 2005, Santiago de Querétaro comptait 596 450 habitants, 734 139 en comptant son agglomération. Cette région était occupée depuis plusieurs siècles par plusieurs tribus amérindiennes, dont les Otomis. Le mot Querétaro signifie « le lieu des rochers » en langue tarasque du peuple Purépecha ou bien « le plus grand jeu de balle » en otomi.

Plusieurs coups de cœur pendant notre journée, dont un arrêt sur une belle terrasse à la place centrale, où mon Bernard s’est délecté de bons tacos et où Myco s’est fait fleurter par un beau toutou noir. Ensuite marche dans les rues de la commune aux couleurs magnifiques, des marchands ambulants, achats de surprises, visite de vieilles cathédrales, galerie d’art et pour terminer la fameuse lichette de cornet de crème glacée… demandez à Myco ce qu’elle en pense!

De retour à San Miguel de Allende;   

Nous sommes revenus avec plaisir passer deux semaines à San Miguel de Allende, au parc San Ramon (le seul parc du coin qui peut accueillir de gros motorisés). Nous avons aussi retrouvé nos bons amis Ruth et Rick, des habitués ici et qui partagent de l’information sur les trucs à voir, à explorer dans un rayons de plusieurs km à la ronde.

Myco a également retrouvé son amie Gertrude qu’elle aime bien « grouper »/herder (ben on a finalement découvert que Gertrude est un mâle… mais il/elle gardera son nom!) et les chevaux auxquels elle aime bien donnés des bisous.

San Miguel de Allende est l’une des plus vieilles et belles villes coloniales du Mexique. Elle est située dans l’État de Guanajuato au Mexique. En 2008, elle a été classée au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO. La ville fortifiée, établie au XVIe siècle pour protéger la route intérieure royale, a atteint son apogée au XVIIIe siècle quand de nombreux édifices religieux et civils ont été construits dans le style baroque mexicain. Le coût du marché est plus cher aussi. Les gringos (touristes américains et canadiens) sont en grand nombre et l’on remarque une classe très aisée de gens originaire du Mexique. De jolies boutiques, antiquaires et aussi de l’art local, de grands parcs, restos de toutes sortes, marchands ambulants, tramway de ville, de la musique qui joue un peu partout.

Translate »
Aller à la barre d’outils