Préparations 101: Transition maison- VR quand tu nous tiens!

Apprivoiser la simplicité – le début d’une nouvelle aventure
2 May 2014
We all have a story to tell
19 June 2014

Depuis maintenant 5 semaines que je suis en mode « fermer maison » et paperasserie concernant la règlementation des lois canadienne et américaine sur notre nouveau statut de « nomade »… pratiquement un emploi à temps plein!

Tellement occupé, que j’en oublie d’afficher sur notre blogue! Alors pour vous remettre au diapason sur nos péripéties, nous avons vendu la maison en avril, avons acheté notre véhicule récréatif que nous avons baptisé « Merci la vie », mis sur un site internet tous nos meubles à vendre, sommes locataire temporaire de la maison à Prévost, et… sommes engagés jusqu’aux oreilles dans nos préparatifs pour quitter le Québec pendant l’été vers une route encore non planifiée!

Je suis heureuse, ce matin, de prendre une pause et de vous raconter quelques-unes de nos anecdotes. L’expression casser ménage ou pour moi, fermer maison, prends tout son sens en ce moment – je suis entourée de gros bacs d’entreposage, il y en a partout dans la maison. Tout un exercice qui me demande d’être organisée, méthodique et en même temps détachée des objets que je donne, recycle, vends ou jette. Pincement au cœur quand j’ai fait le ménage de mes albums photos, ou encore quand un meuble que j’adore est vendu. Ou encore de voir mon espace bureau disparaître petit à petit. Heureusement, je me dis que toutes les personnes qui sont venues à la maison pour acheter nos trucs sont reparties avec un bout de notre histoire et que nous avons eu l’occasion d’échanger de belles conversations.

Fait cocasse, la cuisine. J’y ai mis deux journées pleines à la mettre « en bacs »! Imaginez accumuler plus de 25 ans d’objets, vaisselles en triple, verrerie, petits pots pour ceci et cela, chaudrons, spatules en quadruples, crystal de maman… Ahhhhh un vrai cauchemar! Et le plus drôle c’est que j’ai passé au moins un après-midi complet à réorganiser les épices… dont 80 %, utilisées par l’homme! Je le vous dis, un exploit que de faire l’inventaire, trier près de 200 bouteilles de toute sorte pour finalement mettre le nécessaire pour le VR dans deux petites boites temporaires. Et un défi aussi, quand l’homme vient roder dans la cuisine et découvre que la moitié de ses épices a disparu!

Une excellente raison pour l’envoyer ranger son garage, son atelier… et surtout son bureau qui croule sous des centaines de livres, dossiers, filages, d’ordis, de souvenirs, qu’il n’arrive tout simplement pas à disperser avec le vent – vous voyez le genre de gars qui accumule depuis des années et garde tout tout tout! Mais je l’aime mon Bernard – je lui demande quelque chose et il le fait presque toujours avec plaisir et un beau sourire. Lui aussi, malgré son horaire chargé, a trouvé le temps de tester le matériel qu’il avait commandé pour l’internet et la téléphonie. Il fait des sauts au VR pour arranger pleins de choses, s’assurer que tout fonctionne – je le soupçonne d’ailleurs d’être heureux comme un petit garçon – « Merci la vie » a tout de même 40 pieds de long, par 13 pieds de haut et 9 pieds de large (cloisons fermées), pleins de bébelles électroniques, un gros moteur diésel, une énorme génératrice, des antennes, grosses batteries, inverter… de quoi occuper son homme pour un bout temps!

Ah oui, le weekend dernier nous avons passé une journée avec notre Coach Vr, Monsieur Robert. Cours théorique sur les composantes de notre VR, la sécurité, les freins à air, les mesures d’urgence et la règlementation sur la route, plus une période de 4 heures de cours pratique à tournicoter dans des rues étroites avec beaucoup d’autos stationnées, des obstacles de toutes sortes, et pour finir avec les trucs du pro pour se stationner de reculons à peu près n’importe où! Honnêtement, j’avais franchement la trouille de conduire avant le cours. Maintenant je sens que je peux passer à peu près n’importe où, suffit d’y aller doucement et d’avoir les yeux tout le tour de la tête… et, même le coach l’a dit… je n’ai pas accroché aucun bord de trottoir, ni d’autos, ni de cônes oranges, une vraie pro! Et mon chum lui, a accroché les trottoirs, les cônes ha ha ha!  Bref, je recommande ce cours à tous les futurs proprios de VR – un must!

Pour terminer, je suis entrain de décortiquer tout le mélimélo entourant nos lois et ceux de nos voisins, concernant la loi du 180 jours (durée de séjour : entrée et sortie de pays), de la fiscalité et des droits acquis. Bref nous sommes en réflexion solide concernant de demander un congé au gouvernement du Québec, en demandant une année sabbatique sans perdre nos privilèges de l’assurance maladie. On peut faire cette requête une fois tous les 7 ans. Donc si nous planifions correctement, nous pourrions partir pour deux sans être embêtés par les lois de chez nous. À suivre!

Au menu pour les prochains jours : continuer la vente de nos meubles (www.703shaw.ca), fermer maison, commander les panneaux solaires, appels gouvernement pour statut de nomade, nos assurances, changer d’autos, ne pas oublier que je travaille, voir mes amis, assister à des réunions, respirer par le nez et pratiquer l’autodérision… alléluia!

Translate »
Skip to toolbar