S.O.S. de la plage Mirador – une histoire de pick-up qui crache de l’huile…

« Merci la vie » est prêt pour le Mexique! Olé, estamos listos para ir al México !
19 October 2016
Célébration de la journée des morts ” Dia de los Muertos”
31 October 2016

Tout juste avant de traverser la frontière entre l’Arizona et le Mexique, nous avons fait une halte dans un petit campement en bordure de la route #19. Nous en avons profité pour visiter les alentours : Mission Xan Xavier et le joli village de Tubac. Nous attendions aussi un ami rencontré récemment à Cottonwood, qui voulait passer les frontières avec nous, car c’était sa première fois. Ed est retraité de l’armée (capitaine de bateau), début de ses 70 printemps, en mode guérison d’une chirurgie au genou et qui voyage seul avec son toutou à bord d’un motorisé de 40 pieds tout en tirant sa voiture à l’arrière. Dans les dernières années, il s’est occupé à temps plein de son épouse, atteinte d’Alzheimer, et qui malheureusement s’est éteinte suite à cette terrible maladie. Notre Ed recherche la compagnie et de nouvelles aventures et aussi des endroits exotiques où il peut pratiquer son art, la peinture, en toute liberté. Et quel beau talent il a!

Je partage donc avec Ed, toutes les informations concernant notre passage aux frontières mexicaines. La paperasse à préparer, les produits à acheter, ce qu’on ne peut apporter, les assurances… Dimanche matin on passe donc les frontières avec Ed en arrière de nous. Première guérite, tout va super bien. Une officière nous demande gentiment de petites questions de routine, passeport… et hop en moins de deux minutes on reprend la route. Après une 20KM on arrête à nouveau au poste d’immigration pour faire la demande de nos cartes de touristes et de nos permis d’utilisation de véhicules, car nous traverserons plusieurs états. Pour Bernard et moi, le tour est joué en 15 min. Pendant ce temps, on voit bien notre Ed, quitter quelques fois le bureau pour aller chercher divers papiers dans son véhicule. Puis, il vient à nous et dit : « je n’ai pas les bons enregistrements pour ma voiture… ceux que j’ai sont expirés »! Oh… que dis-je, on va t’aider à les retrouver. À trois têtes, on se dit qu’on aura vite fait de fouiller tous les racoins du VR et de l’auto pour récupérer ces précieux papiers. NON – après une heure, pas d’enregistrement… ce qui veut dire pas le droit pour Ed de passer l’état de Sonora. On passe une heure à l’internet à essayer d’avoir en ligne ses enregistrements – ça ne marche pas non plus. Alors je propose de quitter sans qu’Ed fasse sa demande pour l’auto, car nous resterons une semaine complète dans cet état – assez pour qu’il puisse trouver une solution et faire la demande à un autre poste frontalier sur notre route. Finalement, hier Ed a retrouvé ses papiers. Il pourra donc reprendre la route avec nous. Pauvre Ed, il était si mal à l’aise de nous avoir fait perdre tout ce temps.

Nous sommes arrivés à San Carlos tard, mais juste à temps pour contempler un magnifique coucher de soleil. Par la suite notre début de semaine fut tranquille, baignade à la mer, marchés et surtout reprendre contact avec la culture mexicaine; ralentir notre rythme, parler espagnol, humer de bonnes odeurs de tacos, retrouver des amis aussi.

On a aussi offert un tour guidé à Ed, question de le familiariser avec les alentours. Et c’est ainsi qu’une drôle d’aventure est arrivée… notre escapade à la plage Mirador. On quitte le campement comme des joyeux lurons, apportant avec nous chaises de plage et bières pour aller contempler la mer sur une belle plage dans un coin pas mal perdu, tout juste au pied des monts Tetakawi. C’est Ed qui conduit avec sa Honda CRV (4 roues motrices). On lui indique le chemin et surtout qu’en arrivant sur le chemin sablonneux de la plage, de prendre garde de rester sur le sable ferme et de se garer à tel endroit. Ben non, Ed, un peu têtu, décide de s’aventurer plus loin sur la plage et stationne. Je savais en débarquant qu’on allait avoir du fun à repartir. On installe les chaises et l’on déguste nos bières. Myco court partout, Bernard rapporte de jolis coquillages, on jase tout en admirant le coucher de soleil.

Un jeune couple d’amoureux arrive discrètement en arrière-plan. Je les vois du coin de l’œil se bécoter, tellement cute. On décide qu’il est temps pour nous de quitter et de laisser les amoureux faire ce qu’ils ont à faire… Ed avance avec la voiture à peine de un pied que nous sommes pris, on s’enfonce dans le sable. Oh boy! Bernard et moi on sort pour pousser… 30 minutes à essayer en vain, on s’enfonce de plus en plus, et Ed a aussi frappé une énorme roche sous la voiture. Je vais demander de l’aide aux amoureux, en gesticulant en espagnol, et réussi à comprendre que le garçon ne peut forcer car il a mal à son dos. En même temps le ciel est de toute beauté, la marée monte doucement, il fait chaud. Je décide d’appeler le proprio de notre campement, Joseph et Euréka, il dit qu’il enverra un ami avec un gros pick-up et des chaînes! Pendant notre attente, environ une demi-heure, notre ami Ed se sent si coupable. On le réconforte et lui dit qu’on doit faire avec… ça pourrait être pire! La nuit s’installe, il fait noir, nos amoureux ne sont plus seuls au monde comme ils le souhaiteraient! Finalement on aperçoit au loin, les phares du pick-up et aussi le toussotement du moteur. Leo et son ami prennent rapidement la situation en main, posent les chaînes au bon endroit, et nous remorquent pouce par pouce tout en repartant régulièrement le moteur du pick-up un peu pas mal âgé et qui crache de l’huile comme ça ne se peut pas, mais ils sont tous les deux si sympathiques! Ce qui nous a fait rire aussi, c’est de voir partir les amoureux… pauvres eux, nous avons vraiment gâché leur soirée!

OMG vraiment toute une aventure qui s’est bien terminée au resto du coin à manger des crevettes! Merci la vie!

Translate »
Skip to toolbar