Tomber sous le charme des communautés rurales du Michoacán

Après 5300 km de route, Bienvenido a Mexico
14 October 2018
Cholula, Puebla – Une petite grande ville aux mille couleurs!
24 November 2018

À notre arrivée au Michoacán en octobre dernier, nous avons renouvelé avec grand plaisir, nos cartes de résidents temporaires du Mexique pour les trois prochaines années. Plusieurs privilèges viennent avec cette résidence, dont le plus important est qu’il n’est plus nécessaire pour nous, de quitter le pays après 6 mois.

Notre motorisé, « Merci la vie » a maintenant ses quartiers été-automne au campement San Juan Del Lago Eco Park dans l’état du Michoacán, à plus de 7000 pieds d’altitude et surplombant le joli village de San Juan Benito Juárez et le majestueux lac Cuitzeo.

Ce que nous aimons le plus de la région, c’est la beauté sauvage d’une nature resplendissante, la simplicité, l’abondance de fruits, légumes, pas de touristes, ni de « gringos » et surtout l’hospitalité des villageois. Lors de mes marches au quotidien, ça me fait vraiment chaud au cœur, quand j’entends au loin « buenos dia Christina »… les gens me reconnaissent, me saluent et me sourient. Ou bien que le petit troupeau de chevaux sauvages du campement, viennent attendre patiemment au pied de la porte du motorisé que l’on leur donne des carottes ou des pommes, ou encore que Rosie la jolie vache me salue au passage et que Napoléon, un âne coquin, me dit allo avec un retentissant « yi-hannnn, yi-han »!

Vraiment chouette aussi que d’avoir la chance, dans un rayon de 2 heures, d’explorer plein de petits villages, cachés ici et là et d’y découvrir la vraie culture traditionnelle du Mexique, que les villageois nous font expérimenter avec fierté. Tellement à voir, à apprendre, à goûter… Alors vous comprendrez pourquoi nous sommes tombés sous le charme des communautés rurales du Michoacán.

Quand je descends au village de Benito Juárez pour faire mes provisions, vous pouvez être assurés que je reviens à tout coup sûr les mains pleines de produits frais. Au petit marché de fruits et légumes, la proprio qui me connaît bien me fait souvent des suggestions afin que j’essaie de nouveaux légumes. Roberto à la carnicería/boucherie est bien heureux de me montrer tous ses beaux morceaux de porc ou de bœuf… sacrifiés, comme il me dit pour honorer les gens du village. Et si j’ai besoin d’un poulet, eh bien j’arrête aux portes jaunes et Toño court dans la cour me chercher un poulet heureux qu’il prépare pour moi. Tous les produits sont frais et si délicieux. Il y a aussi « Cinco » le gentil « fou » du village qui vient toujours chercher son cinq pesos avec un beau grand sourire.

Lorsque nous traversons le lac Cuitzeo (2e plus grand lac du Mexique), nous entrons dans le village magique/Pueblo mágico du même nom, avec ses 28,000 habitants. La ville a été officiellement fondée en 1550, avec la fondation d’un grand monastère augustin, qui existe toujours. Il y a toujours un grand marché sur la plaza centrale qui offre les produits d’artisanats locaux et le jeudi c’est jour de marché officiel avec une abondance de fruits, légumes, poissons, fleurs, vêtements… et surtout c’est un endroit pour échanger. J’adore l’atmosphère et je peux y pratiquer mon Espagnol qui est loin d’être parfait. Mais les gens sont si gentils qu’il m’aide à m’améliorer. Cuitzeo est aussi un endroit vraiment spécial pour y célébrer la fête des morts/Dia de los Muertos. Avec son cimetière qui croule sous les fleurs, la musique et les célébrations qui ont lieu tout près du monastère. Y’a toujours plein d’activités les fins de semaine : concours de fanfare, exhibition de danse traditionnelle, la course des taureaux et bientôt la journée de la révolution!

Nous avons aussi fait la tournée des grands-ducs pour y vivre, dans la plus pure des traditions, la fête des Morts/Dia de los Muertos, avec des visites à Morelia, Patzcuaro, et Tzintzuntzan qui a été notre plus beau coup de cœur. Petit village perdu autour du lac de Patzcuaro, Tzintzuntzan (du mot P’urhépecha Ts’intsuntsani) signifie « pays des colibris » était le centre cérémoniel de la cité du même nom, capitale du Royaume tarasque à l’époque précolombienne. Son petit cimetière est tout simplement grandiose, plein de vie, de belles énergies. C’était vraiment la fête, les gens partageaient leurs histoires, leur nourriture. Les enfants jouaient dans l’eau et la boue, car il avait tellement plu les jours précédant la célébration. La ville cache bien ses joyaux… il y a un magnifique site archéologique à voir et surtout le couvent des pères Franciscains et son musée. Dans les petites rues étroites, ont y retrouve des restos improvisé, des marchands ambulants et un énorme marché ou la fabrication de paille est à l’honneur, de même que les décos de Noël.

Arturo, notre ami et proprio du campement est aussi un guide passionné de sa région. Il a toujours des trucs à nous partager et de beaux endroits à nous faire découvrir. Comme la région de « Los Azufres », station thermale de sulfure. Nous avons commencé notre journée par un succulent petit déjeuner traditionnel, au lac « laguna Larga », servi avec joie par deux jeunes femmes très attentionnées. Ensuite nous avons choisi notre station thermale et nous avons passé une demi-journée à nous prélasser dans les bassins d’eau thermale chaude et relaxante à souhait. Sur semaine, c’est super tranquille. Ensuite nous avons casser la croute au resto et ferme d’élevage de truites… un vrai régal et avec surtout des proprios généreux et accueillants. Tellement bon, que j’ai pu rapporter 4 belles truites à la maison qu’ils m’ont gentiment préparées.

Dans la même semaine, je suis allée aux bains des fermiers du village. Un p’tit endroit au fond du village, sans prétention, plein de belles plantes à l’extérieur, des cordes à linge remplies de vêtements et surtout une station thermale bien cachée. J’apporte toujours mes huiles essentielles pour me détendre, et la tradition étant… je débouche une bonne bière froide Victoria tout en faisant trempette dans un bon bain chaud!

 

Ah oui, je suis toujours dans mon projet réno. Maintenant que la peinture des murs et teinture des boiseries est terminée, je suis à la recherche de nouveaux tissus pour recouvrir nos chaises et autres trucs. Qu’à ne cela tienne, je vais à la ville Moroleón, la capitale du textile du Mexique. Complètement fou de voir le nombre de marchands de tissus. De toutes les couleurs, de la soie au coton, du voile à l’organza… bref il y en a tellement, que le choix est difficile. La place centrale est mignonne, le p’tit café du Chiapas hyper bon et à la sortie de la ville, un gigantesque marché à ciel ouvert nous attend avec des quantités de vêtements inimaginables!

 

Alors, voilà un aperçu de ce que nous vivons ici à Cuitzeo. Sans oublier bien sûr la biosphère des papillons Monarques et d’autres villes magiques tout à côté. Je n’arrive pas encore à bien comprendre pourquoi la majorité des « Gringos et Canadiens en balade en VR ne font que passer rapidement ou tout simplement ignorent cette magnifique région… la vie rurale en vaut vraiment le détour et j’espère que nous saurons vous inspirer à venir faire un tour un jour.

Ce weekend, nous serons fort occupés avec la fin des préparatifs en vue de notre départ vers de nouvelles aventures. Cinq mois sur la route à découvrir les états de Pueblas, du Chiapas, Campêche, Yucatan, Quintanarro, Oaxaca et le Belize… encore plein d’histoires à partager et à raconter!

Hasta luego xxx

Laissez votre commentaire

Translate »
Skip to toolbar