Réflexion sur mes réactions face à la pandémie Covid-19

Dure semaine pour Myco! Alerte aux trucs bizarres qui traînent dans les champs!
11 février 2020
Histoire de poules – épisode no.2
30 avril 2020

Ce matin, en lisant la chronique de Patrick Lagacé dans la presse ” Faire des deals avec notre conscience”  (for my English friends – please use Google translate), cela a suscité une réaction en moi. L’article est juste, dans le sens que tous devraient faire des efforts de confinement concernant la pandémie. Ce qui par contre m’agace (ha ha jeu de mots avec Lagacé) et qui est venu me chercher, est le ton qu’il emploie – cette espèce de jugement envers autrui. Encore là, c’est ma perception.

Ce que je vois et entends depuis un bout de temps, c’est que l’humain excelle à juger autrui, et malheureusement de manière agressive. Le jugement c’est de dire : moi je suis mieux que toi en quelle que sorte. Moi je suis les règles, et toi tu es le méchant qui ne les suit pas!

Qu’on s’entende bien ici : je juge, tu juges, nous jugeons tous. Et parfois, sans même s’en rendre compte.

En état de crise, il semblerait que notre « Égo » prend le dessus sur notre conscience bienveillante, curieuse et ouverte. L’égo se nourrit principalement de nos peurs et ne se gène pas pour comparer, juger, diminuer… autrui et nous-mêmes.

Pourtant, ne serait-il pas normal, qu’en situation de pandémie, de crise, qu’ensemble nous y fassions face? Ne serait-il pas plus créatif de s’entraider? Ne serait-il pas plus normal d’avoir de l’ouverture et d’être curieux envers ceux qui nous entourent?

Je vous raconte une anecdote qui m’est arrivée hier;

Ici au Mexique, je suis une expatriée (résidente temporaire). Ce n’est certainement pas à moi de faire régner la loi et encore moins de dire aux Mexicains quoi faire et quoi ne pas faire. Même quand je vais chercher fruits et légumes au coin, et que je constate que les locaux croient plus en Dieu pour les protéger du Covid-19, que d’appliquer la distance sociale. Quand j’ai constaté que Manuel, le proprio, ne prenait aucune mesure d’hygiène pour se/nous protéger, j’ai réagi silencieusement. En une fraction de seconde, mon « Égo » se braque et a voulu juger… puis, lentement, je me suis dit : soit curieuse, regarde, écoute. Bien sûr que je sais, que certains des locaux (car plusieurs font très attention), peuvent nous mettre en danger de contamination. Doucement, j’ai pris le temps d’expliquer à Manuel, pourquoi c’est important pour moi de me/nous protéger. Il a souri, m’a parlé de la protection qu’il avait avec sa religion. J’ai eu envie de le convaincre du contraire, en lui disant : « oui, mais »… Et je lui ai dit, j’entends ce que tu viens de me dire, et je vais garder mes distances avec toi et les autres. Il a respecté mon choix en faisant attention à ne pas me toucher. Je ne peux pas le forcer à faire comme moi, je peux seulement l’encourager. C’est certain qu’en arrivant à la maison, j’ai lavé mes fruits et légumes, comme je le ferais, peu importe la provenance. Je suis curieuse, quand j’y retournerai, quelle sera son comportement…

De l’autre côté de la rue, le commerçant prend toutes les précautions nécessaires pour se protéger ainsi que ses clients. Je lui ai dit que j’appréciais beaucoup ses efforts. Il m’a fait un grand sourire.

Quand je vois plein d’expatriés partir en guerre contre les locaux qui ne suivent pas les règles (car ici c’est le confinement pour 30 jours) – ça me met hors de moi. Cher expatrié, tu réagis fortement, et tu cherches seulement à vouloir contrôler, que d’essayer de t’exprimer et aider. Cher expatrié, tes peurs te contrôlent. À cet expatrié, tu n’es pas chez toi ici – tu es un invité. Tu n’es pas content de ton sort – alors, retourne chez toi!!! Désolé, mais fallait que je l’exprime!

Les petites batailles que tout et chacun avons avec nos « égos » ne mènent nulle part, sinon qu’à nous diminuer les uns des autres et nous séparer davantage. Je m’inquiète des contre coups que la pandémie génère sur l’économie, mais surtout sur nous, les humains. Comment pouvons-nous devenir plus forts et « marcher ensemble » pour vaincre cette pandémie, en mettant de côté nos différends, nos « égos »? Quelles actions prendrons-nous aujourd’hui et demain pour faire face ensemble aux changements inévitables que cause la pandémie Covid-19?

De mon côté, j’assume, que tout et chacun essaie de faire de son mieux. Et je vais m’appliquer à être curieuse et ouverte face aux gens qui m’entourent avant de juger. L’humain n’est pas un objet, il a un cœur sur deux pattes!

Prenez soin de vous xoxoxo

 

PS – Oh ciel … ma repousse cheveux est à 1″ hi hi hi !

6 Comments

  1. Bien d’accord! C’était difficile pour nous aussi de ne pas juger quand on constatait le manque de mesures préventives dans nos derniers jours au Texas et sur le chemin du retour qui a dure 7 jours. Courage et prenez soin de vous

  2. Sayward J Ayre dit :

    I am in Mexico again, too. Nice post, thank you for your insights. From everything I’ve read and listened to from top notch doctors, viruses are NOT contagious, germs are. We, the sheeple, are being totally played. There’s HUGE stuff going on behind the curtain that ‘they’ don’t want us seeing or paying attention to. And since ‘they’ own the media, they can hypnotize us with pure fear while meanwhile they try to pull off their global takeover. Just my opinion. Have no fear, LOVE and LIGHT win! Much Love, Sayward

  3. Pierrot Dufour dit :

    J’entends beaucoup de clarté, de bienveillance, de non jugement et d’amour dans ce beau partage. Bravo! Un doux rappel qu’on se juge soi-même à travers les autres. Cheers from Quebec

Laissez votre commentaire

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils