Vivre la magie de Oaxaca!

Transformation extrême de notre VR « Merci la Vie » – Tous nos secrets, étape par étape, de cette folle aventure!
12 mars 2019
Mini « Merci la vie » voit le jour…
19 mai 2019

Dernièrement, nous avons passé 6 semaines dans l’état de Oaxaca, et j’avoue que c’est l’un de nos gros coups de cœur de tout notre voyage depuis novembre dernier. J’ai tellement de choses à vous raconter, que je ne sais pas par où commencer!

Oaxaca (espagnol : [waxaka]) est officiellement un état libre et souverain. Il est divisé en 570 municipalités, dont 418 sont régies par le système « d’usos y costumbres » (coutumes et traditions) avec des formes locales reconnues d’autogouvernance. Sa capitale est Oaxaca de Juárez. L’État est surtout connu pour ses peuples et ses cultures indigènes. Alors si vous recherchez les cultures traditionnelles du Mexique, vous êtes au bon endroit. Des preuves d’habitation humaine remontant à environ 11 000 ans avant notre ère ont été découvertes dans la grotte de Guilá Naquitz, près de la ville de Mitla. Nous avons été conquis autant par la beauté sauvage qu’offre les majestueuses montagnes (sommets jusqu’à 12,000 pieds d’altitudes), qui regorgent de trésors archéologiques, que sa diversité de peuples indigènes nous offrant leurs produits artisanaux reflétant leurs coutumes et traditions (tapis tissés, chocolat mezcal, fromage…) que par ses 533 km de côtes et neuf baies principales sur le littoral du Pacifique.

Dès que nous avons passé la frontière de l’état de Oaxaca, j’ai ressenti que les énergies étaient différentes. Je ne peux pas les décrire, juste vous dire, que l’air était plus léger, un soleil lumineux sur un fond de ciel bleu azur, une brise délicieuse nous enrobait, les villageois sur la route #200 nous souriaient à qui mieux mieux… bref la magie de Oaxaca laissait déjà son empreinte sur nous.

Nous avons passé à peu près 3 semaines sur la côte du Pacifique, à Zipolite et l’autre 3 semaines, à 20 min de la capitale, Oaxaca Juarez. Deux zones complètement différentes, mais oh combien enrichissante à bien des niveaux.

La côte de Oaxaca – Pochutla, Puerto Angel, Zipolite, Mazunte, Puerto Escondito, Playa Carrizalillo :

Nous avons emprunté, de Villahermosa dans l’état de Tabasco, les routes suivantes : #180, 145, 185, 200 et 175 pour nous rendre à notre campement Ranchos Mangos à Zipolite, un des seuls à pouvoir accueillir un classe A de la grosseur de « Merci la vie » (40’). La vue depuis les routes 200 et 175 est spectaculaire et surtout il faut vraiment avoir les deux mains sur le volant, car c’est extrêmement sinueux sur ce genre de routes étroites sans accotement et en montagne – mais ça vaut le coup! Quand je vous disais qu’il y a eu un changement d’énergie, c’est aussi à cause que notre futurs table et comptoir de cuisine nous ont trouvés sur la route #200! Par hasard, on arrête pour briser la croute en bordure de la route, au village « Barra Copalita ». Un petit resto sans prétention entouré de belles fleurs et aussi de magnifiques tables en bois de Guamouchil. Et mon Bernard qui a l’œil aguerri, de discuter affaire avec Marino, artisan de bois sculpté, à propos d’une belle pièce de bois, car ça faisait des lunes que nous cherchions au Mexique. Eh bien voilà, c’est fait, nous avons trouvé! En moins de deux, Marino prend les mesures et nous coupe ça à la Mexicaine ha ha ha (clickez ici pour voir vidéo) et puis après hop dans le VR. Pour voir le résultat final, consulter notre précédent blogue sur notre projet « transformation extrême de Merci la vie ».

Nous sommes finalement arrivés à Zipolite en plein dans le festival des nudistes! OMG, du monde tout nu ou pas tout nu, y’en avait partout, et des autos/camions aussi – ça été tout un défi de se faufiler à partir de Puerto Angel jusqu’à Zipolite – nous avons dû détacher la voiture, et faire de notre mieux, pour ne rien accrocher au passage. Le campement Rancho Mangos est vraiment mignon avec tous les services, piscine, douches, grand terrain, villas, hôtel, internet, etc. En moins de deux, on s’installe et on court vite vite à la playa. Wow, une plage de 3 km de sable blond, de la vie because le festival, de petites cabanas en bois, de belles sculptures de bois, restos à droite et à gauche, de belles grosses vagues et tout un coucher de soleil. Je n’ai même pas le temps de déposer ma serviette, que mon Bernard enlève son maillot et court, en costume d’Adam, vers la mer ha ha ha! Alors ce fameux festival aura duré que le weekend, et immédiatement après, la ville s’est mise à respirer la paix. Zipolite, ce n’est pas compliqué, tout se trouve sur la même rue ou presque : restos, villas, lavanderia, rotisserie, vendeur de poisson, etc. En passant, l’une des origines possibles du nom de cette plage vient du langage des Zapotèques qui signifierait : « la plage des morts » (espagnol : la playa de los muertos) ainsi nommée à cause de ces dangereux courants océaniques qui ont enlevé plusieurs vies. La prudence est donc de mise pour la baignade, le buggie board et le surf. Certains visiteurs vous diront que la plage des morts se réfère au style de vie de là-bas. Une fois sur place, il est difficile d’abandonner cette oasis relaxante — « Me voy mañana »/je m’en vais demain, un demain qui n’arrive pas avant quelques jours et même parfois quelques mois.

Durant notre séjour de trois semaines, nous avons connecté avec de belles personnes du Canada; coucou Diana et Tom, Robert et William, des É.-U., de l’Europe. Agréable aussi d’effectuer de mini-voyages pour découvrir un peu plus autour de nous. Pochutla est une ville qui bouillonne d’activités, spécifiquement le lundi, jour du marché. Mazunte est un petit village « hippy » où il fait bon traîner sur la plage, faire du shopping dans les boutiques locales et surtout déguster l’excellente cuisine organique et végé de plusieurs restos de la place. Il y a aussi plein de petites plages cachées ici et là, demandez aux locaux, ils vous guideront. Nous avons aussi fait une escapade sans le motorisé, à Puerto Escondido – qui m’a déçue quelque peu – j’imagine que mes attentes étaient élevées d’y voir une des plus belles plages du Pacifique avec des centaines de surfeurs défiant les plus grosses vagues de la côte… eh bien non! Rien de tout cela. Peu de surfeurs, pas de méga vagues, plage hyper busy par les « gringos », boutiques et restos « trappes-touristes ». Bref nous avons heureusement privilégié une autre petite plage — Playa Carrizalillo, à 15 min plus au nord pour y passer la journée. En résumé, nous avons beaucoup aimé notre séjour à Zipolite, notre but était de prendre une pause à la mer sans avoir trop d’activités à l’agenda. Nous avons aussi profité de nos temps libres pour compléter la transformation extrême de « Merci la vie » (voir autre article). Notre seul regret est de n’avoir pu passer du temps dans la baie de Huatalco – petit paradis avec ses plages uniques, faute de n’y avoir aucun accès internet pour travailler – même notre réseau cellulaire était totalement absent. Nous recommandons Zipolite et nous y reviendrons l’an prochain pour une plus longue période.

Inland – à l’intérieur des terres : Oaxaca Juarez, Monte Alban, Hierves el Agua, Tlacolula, Teotitlan del Valle, Santa maria del Tulle;

Nous avons fait le trajet entre Zipolite et Oaxaca Juárez en une journée (environ 8 h sur routes #175, 200, 190) avec de belles conditions routières. Nous avons grimpé jusqu’à 7000 pieds d’altitude pendant cette journée hyper chaude (35 Celsius) avec des vues à couper le souffle sur une nature généreuse, pour finalement redescendre près du 4000 pieds d’altitude quand nous avons atteint la ville magique de Oaxaca Juárez. Très facile de se rendre à notre campement : Oaxaca Campground (tous les services, vue magnifique sur les montagnes et à 20 min de Oaxaca), où nos charmants hôtes, Del et Kate, nous ont accueillis chaleureusement. On s’installe et en même temps on connecte avec les autres grands voyageurs – pourquoi pas sortir une p’tite bière question de relaxer un peu de cette longue journée!

Étant donné que nous passerons seulement trois semaines dans le coin, je suis allée voir Kate pour qu’elle partage avec nous ses endroits coups de cœur à visiter. La liste est si longue que c’est clair que nous n’aurons pas suffisamment de temps pour tout voir, mais on focussera sur l’essentiel. Alors voici un aperçu de notre tournée des environs!

Oaxaca Juárez :

Oaxaca Juárez est la capitale de l’état et compte environ 1 million de personnes (englobant sa zone métropolitaine). Niché à 4000 pieds, et entouré des majestueuses montagnes de la Sierra Madre. Oaxaca est reconnue pour sa diversité culturelle et ses sites archéologiques et depuis 1987, elle est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Son climat est chaud et sec de jour (entre 30 et 35 Celsius) et frais la nuit (autour de 10 degrés Celsius). Ville très colorée, beaucoup de parcs et jardins, musées, théâtres, architecture de toute beauté de style colonial, restos, marchés… avec en plus une atmosphère zen qui a vite fait de conquérir nos cœurs. Pas assez d’une journée pour admirer ses attraits principaux : La grande place de la constitution – Zocalo, le palais du gouvernement de l’État, les grands portails du sud et du nord, marché Benito Juárez, Place Alameda de León et la grande cathédrale, musée d’art contemporain et j’en passe!

Monte Alban :

Monte Albán est un important site archéologique qui a connu son apogée lors de la période zapotèque entre 200 et 600 apr. J.-C., mais qui aurait été fondé par le peuple Olmèque. Il est situé à 10 km de la ville d’Oaxaca. Au sommet du Monte Alban, la vue est tout à fait unique sur Oaxaca. Il faut arriver tôt pour vraiment tirer avantage de ce site imposant, sans trop se faire bousculer par les touristes. Il faut vraiment bien se protéger du soleil de plomb, et aussi se munir de bon soulier de marche, car des marches vous grimperez! Monte Albán fut la cité la plus importante de la culture zapotèque. Les traces humaines les plus anciennes qui ont été enregistrées dans cette zone datent de 500 av. J.-C. La première fouille archéologique officiellement appuyée par le gouvernement mexicain eut lieu en 1902. Monte Albán comporte beaucoup de pyramides à degrés, des temples, des tombes de dignitaires ainsi qu’un terrain de jeu de balle. On peut y voir également des stèles sculptées ainsi que de grands bas-reliefs dans certains édifices. Les édifices les plus remarquables sont la plate-forme sud et le complexe de la plate-forme nord. Ne manquez surtout d’aller voir l’édifice des Danzantes – vous pourrez y admirer les pierres sculptées appelées « Danzantes » ou la procession des danseurs.

Hierve El Agua :

Hierve el Agua est une formation géologique et est situé à environ 70 kilomètres à l’est de la ville de Oaxaca. La piste de terre qui permet de l’atteindre part de Mitla. Il s’agit de deux cascades pétrifiées de couleur blanche. Ces formations géologiques ont été créées par des sources dont l’eau est sursaturée en carbonate de calcium et autres minéraux. Lorsque l’eau arrive à la surface, l’excès de minéraux est déposé. Le mécanisme de formation est identique à celui de la formation des stalactites formées dans une grotte. Une des cascades appelées « cascada chica » a été artificiellement aménagée pour permettre la baignade dans deux bassins dont les murs sont entièrement recouverts par le dépôt naturel de sels minéraux. En arrivant sur le site, l’on se trouve au sommet des formations géologiques. On peut y observer d’imposants bassins creusés dans le roc et remplis d’une eau turquoise/vert contenant plein de minéraux. L’eau est fraîche et l’on peut s’y baigner. Munissez-vous d’une bonne quantité d’eau et de bons souliers de marche pour descendre au pied de la formation afin d’y voir la zone des cascades. Notre chienne Myco a eu très chaud, et a pu se rafraîchir souvent dans de petits bassins d’eau naturelle. Et en revenant on s’est vraiment fait plaisir en visitant une fabrique artisanale de Mezcal… super intéressant d’en apprendre sur la fabrication, et surtout de pouvoir goûter à plusieurs de leurs produits.

Tlacolula:

Imaginez qu’avec un coup de baguette magique que vous arriviez à transformer complètement un village en immense Mercado/marché de produits locaux. Eh bien, c’est le cas de Tlacolula. En semaine tout semble normal, mais très tôt le dimanche matin, pratiquement toutes les rues du centro se transforment en méga Mercado abrité sous des tentes de toutes les couleurs. Wow! De belles odeurs, des fruits et légumes à profusion, l’artisanat, les tapis, la volaille, du chocolat, le café – on a juste envie de toucher et goûter à tout! On repart avec un bon panier rempli à rebord pour moins de 10 $. Produits chouchous : le chocolat, café, mezcal, fromage, fruits, légumes, tapis. Et j’en ai parlé souvent lors de mes articles précédant, mais je le dis encore : on raffole des Mercados, car c’est là qu’on connecte vraiment avec les gens qui nous entoure. C’est aussi dans ce joli village que notre motorisé « Merci la vie » s’est remis en bonne condition en visitant le garage de Morga, où le proprio Nicholas nous a traités comme ses amis. 3 jours auront permis à son équipe d’effectuer une panoplie de mises au point sur le moteur, la génératrice, la transmission, la courroie de je ne sais quoi, changer tous les liquides, changement de pneus (6). Travail professionnel, on recommande!

Teotitlan del Valle :

Ce village est connu pour ses textiles, en particulier ses tapis tissés sur des métiers à tisser actionnés à la main, de laine obtenue à partir de moutons locaux et teintée principalement avec des colorants végétaux locaux. Les artisans combinent les motifs historiques zapotèques avec des motifs contemporains, créés des reproductions d’œuvres d’artistes célèbres. Des familles entières travaillent à la confection des tapis faits à la main. Nous avons eu la chance d’avoir un mini cours avec Irma sur le tissage de tapis. Nous comprenons beaucoup mieux maintenant la valeur de ses tapis magnifiques, qui en en général peut prendre jusqu’à un mois à compléter une œuvre. « À bord de “Merci la vie”, nous avons maintenant 4 tapis de toutes les grandeurs.

Santa Maria del Tulle:

Belle surprise de Mère Nature au village de Santa Maria Del Tulle, à Oaxaca avec le gigantesque El Árbol del Tulle (l’“arbre de Tulle” en espagnol) appartenant à la famille des cyprès de Montézuma et vieux de plus de deux mille ans. Ces caractéristiques : hauteur : 41 m, circonférence : 42 m, diamètre : 14,4 m. L’arbre est surnommé l’“Arbre de la Vie” en raison de toutes les représentations d’animaux qui sont visibles sur son tronc noueux. À l’aide notre notre gentille guide bénévole, Mademoiselle Esther, qui avait seulement huit ans, nous avons pu voir une vingtaine de formes d’animaux. Et nous avons eu un excellent souper au resto 7 Molle, où vous pourrez y déguster l’une de leur savoureuse molle.

Le temps a filé entre nos doigts à la vitesse éclair. Il reste tellement à voir et à revoir. Et en plus nous avons reconnecté avec de bons amis rencontrés un peu plus tôt à Zipolite, mais déjà nous devions repartir. Ça fait déjà quatre ans que nous explorons le Mexique sous tous ses angles, et je crois bien que Oaxaca que nous adorons, vient de nous interpeler pour y rester… nous y prendrons racine un peu plus l’automne prochain afin que cet endroit magique devienne la base de “Merci la vie”. On se promet de vivre la Diaz de los muertos/la journée des morts et aussi de célébrer La “Noche de Rábano”/la nuit des radis dans le temps des fêtes! En plus, nous aurons la liberté de passer du temps à la mer quand bon nous semblera, car c’est seulement 5 h de route en voiture.

Nous avons des projets dans l’air pour Oaxaca, mais en attendant, “Merci la vie” a repris sa route pour aller rejoindre de bons amis à Lo de Marcos dans l’état de Nayarit. Nous avons établi le campement à La Parota, où nous avons été reçus comme des membres de la famille. Vraiment très agréable de revoir nos amis, de vagabonder dans ce charmant village qui prend de l’expansion au fil des années et surtout de pouvoir profiter de la beauté et de la paix de la plage de Lo de Marcos. Nous y passerons un mois, et ensuite, go vers le Michoacán pour reconnecter avec les traditions et nos amis de San Juan Del Lago Eco Park.

Hasta Luego!  xxx

Laissez votre commentaire

Translate »
Aller à la barre d’outils