Les voix de la Parota

Buzzzy par chez nous!
15 December 2016
Les mots qui nous trouvent !
4 January 2017

J’aime particulièrement nos matins au campement de La Parota. En nous levant tôt, nous accueillons chaque journée comme elle se présente; avec les chacalacas (grands oiseaux) qui chantent au loin dans la jungle, Juliette et Rosetta (bacca/vaches), qui me réveillent au son de leur meuh meuh, le bruit des vagues sur la plage. Tout est paisible autour de nous, car la plupart des amis de la Parota font encore dodo. Un moment unique pour moi d’aller me promener avec Myco sur le bord de la mer. Entendre et voir au loin les pêcheurs qui préparent leurs bateaux et filets pour la pêche. Et le soleil qui lentement se lève dans toute sa splendeur.

Puis le campement prend vie. Je vois Chaco, un charmant berger australien qui joue à la balle avec Christine, il y a Dave avec Stella qui contemplent la mer, des voisins qui étendent leur linge sur la corde, d’autres qui placotent en chuchotant entre eux, ça sent le bacon et les œufs… Et il y a Antonio, notre vaillant jardinier qui chante doucement en jardinant avec amour autour de nous tous.

Depuis notre arrivée au campement, nous entendons toujours chanter Antonio et sa femme Maga. Des voix pleines de vie, d’amour et de joie. Toujours souriants, c’est juste délicieux de les voir parmi nous. Maga est bourrée de talents : danseuse contemporaine, artiste de rue, bricoleuse et si mignonne. Antonio qui a étudié une année en botanique nous comble de bonheur en s’occupant amoureusement des jardins de la Parota. On sent qu’il est passionné, il aime tellement semer la beauté autour de lui. Et j’aime tout simplement l’entendre chanter toute la journée et le voir regarder amoureusement sa belle et douce Maga.

 

Il y a quelques jours, un malheureux accident est survenu à La Parota. Antonio, notre jardinier s’est vilainement blessé en coupant les branches d’un palmier. Un coupe-branche un peu désuet, s’est bloqué, et notre Antonio s’est coupé aux deux mains et sur la cuisse. Juan José, le proprio du campement, qui travaillait avec lui, l’a rapidement conduit à la clinique la plus proche pour ensuite, vu la gravité de ses blessures, le faire transporter par ambulance vers le centre hospitalier de la grande ville de Tepic. En revenant le soir, Juan José est venu nous voir et nous a raconté ce qui s’était passé. Il était tout secoué et ému, car il aime vraiment beaucoup ce jeune homme. Il nous a dit qu’Antonio était en attente d’une chirurgie pour une de ses mains afin de reconstruire tous ses os brisés et ses déchirures profondes. Mon cœur n’a fait qu’un tour. Juan José nous a aussi confirmé qu’il couvrirait tous les frais médicaux et même une bonne partie du salaire de Antonio pendant sa guérison. J’étais quand même tellement triste pour lui et Maga. Je pensais à quel point Antonio voulait aller terminer son cours de botanique pour avoir plus de connaissance et pouvoir ouvrir sa compagnie. Je pensais aussi qu’il ne pourrait certainement pas travailler pour un bon bout de temps.

Dès le lendemain matin, je me suis rendue à la pharmacie pour acheter tout le nécessaire pour bricoler une belle carte de convalescence pour Antonio. J’adore dessiner, et même si je n’ai pas un talent de Picasso, je m’amuse. En même temps que je dessinais la Parota (l’arbre à l’entrée de notre campement) sur le dessus de la carte, je me suis dit que j’allais faire une levée de fond pour Antonio et Maga. Oui absolument, car je savais déjà dans mon cœur que les amis de la Parota sont généreux et surtout qu’ils ont beaucoup d’empathie pour notre cher jardinier! Toute la journée, j’ai passé dans le campement, sur la plage, je suis entrée dans les motorisés pour demander de contribuer. Tous m’ont aidé à passer le mot! En fin de journée nous avions ramassé près de 8000 pesos – j’étais si heureuse.

Nous avons pu remettre notre carte et la somme d’argent amassé à Antonio et Maga cette semaine, dès leur retour du centre hospitalier. Nous nous sommes tous rassemblés autour d’eux. Beaucoup d’émotion dans l’air. Pas de prix pour voir leurs sourires timides et leurs yeux pleins d’eau. Et surtout nous étions si contents de savoir que la chirurgie s’était bien passée et que Maga allait prendre bien soin de notre beau Antonio afin de s’assurer qu’il nous reviendrait bientôt à la Parota en chantant.

Merci à tous les amis de la Parota. Merci la vie xxx

Translate »
Skip to toolbar