Perdus à Zacatecas

Bonne fête Merci la vie – 2 ans!
7 May 2016
D’aventure en aventure !
23 May 2016

ZacatecasEn ce moment, nous passons la semaine à Zacatecas, un chef-lieu de l’État de Zacatecas au Mexique et une autre belle ville coloniale, dont son centre historique a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1993.

La ville de Zacatecas fut fondée le 20 janvier 1548 pendant la conquête espagnole, lorsque Juan de Tolosa, Diego de Ibarra, Cristobal de Oñate et Baltasar Temiño de Bañuelos découvrirent d’importants gisements d’argent. La ville se développa énormément et devint, comme Guanajuato, un important centre minier pendant le xvie siècle et le xviie siècle, jouant un rôle central dans l’histoire des mines d’argent au Mexique. En 1914, durant la Révolution mexicaine, Zacatecas est le théâtre de violents combats, avec la bataille connue sous le nom de Toma de Zacatecas (es) (prise de Zacatecas) entre les armées fédérales de Victoriano Huerta et les troupes constitutionnalistes du Général Doroteo Arango, plus connu sous le nom de Francisco Villa. La victoire de Villa conduisit à la fin du régime de Huerta. Un monument commémorant cette bataille et dédié au général Villa se dresse au sommet du Cerro de la Bufa (es) qui domine la ville. Sa population est maintenant évaluée à 150,000 habitants.

La ville recèle de trésors à visiter. Et, en même temps, pas évident de s’y retrouver, tellement sa géographie est complexe. Je ne sais pas si c’est relié au fait que c’est un peu compliqué, mais fort agréable tout de même, de se rendre d’un point A à B, mais il y a un mot qui nous suit, depuis de notre arrivée à Zacatecas… « PERDRE », et ce dans tous les sens du terme.

Pour nous, « perdre  », se conjugue de plusieurs manières;

Perdre le souffle; depuis notre ascension entre San Miguel de Allende à Zacatecas, Bernard et moi avons remarqué que nous avons souvent le souffle court et la tête qui tourne. Ça se comprend quand on s’aperçoit que nous sommes à 2500 mètres d’altitude… 8200 pieds!

compression

Se perdre dans les spaghettis d’autopistas (autoroute moderne du Mexique), de routes rurales, de Retourno (genre virage en U). Même notre GPS et nos téléphones intelligents sont confondus… alors on se perd tout le temps! C’est fou le temps que ça prend pour trouver ce qu’on cherche… au diable qu’on se dit, c’est ça l’aventure, car tous les chemins mènent à Rome.

Nous avons vraiment aimé visiter les trésors de Zacatecas. Tellement riche d’histoires, tellement beau qu’on en perd nos mots… nous sommes séduits par la Cathédrale de l’Assomption et sa Place d’Armes, le Musée Rafael Coronel, le Grand Théatre, les aqueducs, la foire du dimanche…

On a même réussi à se perdre dans un p’tit coin perdu pour prendre un verre de vin et un copieux repas mexicain.

IMG_5189

Très peu de motorisés s’arrêtent à Zacatecas. Le fait que la ville soit située en plein cœur du Mexique et dans une région montagneuse freine les ardeurs de quelques-uns. Aussi, il n’y a pas vraiment de parc/campement VR. Nous avons donc élu domicile pour 6 jours dans le stationnement de l’Hôtel Hacianda Baruk, qui nous offre tout de même tous les services (eau, électricité & égout). Bruyant aussi, car nous sommes en bordure de l’autopista, et sans oublié les trains qui passent à l’arrière. Après avoir perdu le sommeil la 1er nuit, je dors donc maintenant avec des bouchons… je hais ça! Un beau matin, vers 8 h 30 mon Bernard et moi regardons dehors pour nous apercevoir que nous sommes envahis de toute part… Mais où est donc « Merci la vie » — perdu parmi les centaines de congressistes venus pour un congrès politique! Et copier-coller 2 autres fois dans la semaine. Nous avons aussi perdu maintes fois notre connexion internet… trop de monde autour de nous qui pitonnaient à qui mieux mieux sur leur cel.

Après avoir marché toute la journée dans le centre historique, on décide de renter au VR. On s’en vient vraiment bons, nous trouvons la voiture assez rapidement. Bernard me demande, un peu inquiet : Christine a-tu les clés? Heu, mon cher Minou, lui dis-je, c’est toi qui les as mis dans tes poches, ce midi. Oh là là… mon Bernard devient blême. Notre trousseau de clés incluait les clés de la voiture, du VR et des coffres. Outch Outch!!! Il me dit rapidement… j’ai perdu les clés! Et je crois que je sais où elles sont : je me suis assis pour t’attendre quand tu étais à la banque, et j’ai enlevé les clés de ma poche pour les déposé à côté de moi sur les marches. En deux temps trois mouvements, il me laisse à côté de la voiture avec Myco, et part à la course faire tout le chemin inverse. Après 15 min. il revient bredouille. Me regarde pour voir si je suis fâchée… non, pas une miette, lui dis-je, tu es déjà assez puni comme ça! On refait ensemble le même chemin… en s’arrêtant dans plusieurs magasins pour demander si quelqu’un n’aurait pas rapporté des clés (vous auriez dû me voir gesticuler en espagnol svp) – non, niet, pas de clés. Nous savons qu’un double de nos clés est au VR. On prend un taxi (le chauffeur conduit à une vitesse débilement folle) et arrivé à destination on se dirige vers la seule et unique fenêtre que j’avais laissée débarrée, mais bien trop petite pour m’y faufiler. Bernard, ingénieux comme toujours, grimpe à l’échelle, et ouvre la fenêtre, et avec un manche à balai, réussis à pousser le loquet de la grande fenêtre de la cuisine, juste à côté. Et vlan, mon Bernard saute à l’intérieur et récupère le 2e trousseau! Vous auriez dû voir la tête du chauffeur de taxi — il était resté pour attendre Bernard! Et mon chum est reparti chercher la voiture. Nous avons maintenant trois semaines à être extrêmement prudents – on ne peut pas se permettre de perdre notre seul et unique trousseau de clés. C’est seulement au Nouveau-Mexique, aux É.-U., que nous pourrons refaire les clés!

IMG_5319

Avec toutes ses aventures, il y a de quoi perdre la boule! Heureusement Myco et Pink, “Zens” comme toujours, nous aident à nous y retrouver! Demain matin, départ vers Torreon et Chihuahua! Merci la vie! xxx

Laissez votre commentaire

Translate »
Skip to toolbar