En transit, dans la Transit …sur les routes vers le Québec

Mini « Merci la vie » voit le jour…
19 mai 2019

Depuis une semaine, nous avons parcourus 3800 KM depuis Guadalajara au Mexique en direction du Québec, à bord de Mini “Merci la vie”, et nous sommes toujours en vie, et surtout, toujours en couple!

Un petit retour en arrière; nous avions, il y a 5 ans, transiter de notre maison de 2800 pi.carrés, que nous avions vendue avec tout ce qu’il y avait dedans, vers “Merci la vie”, notre VR Pusher de 40 pieds, afin d’y vivre, travailler et voyager à temps plein, la majeure partie du temps, au Mexique. Et depuis quelque temps, nous transitons une nouvelle fois de notre gros VR vers notre fourgonnette, Mini “Merci la vie”, en transformation pour un camper-van.

Pourquoi:  Eh bien l’an prochain nous devrons malheureusement nous départir de notre motorisé, car en tant que résidents permanents au Mexique, on ne pourra pas le garder: impossible de l’importer, ni de le conduire avec les plaques du Québec. C’est pour ces raisons que nous avons acheté notre fourgonnette Mexicaine Ford Transit, que nous transformerons complètement cet été en camper-van.

Toujours est-il, que nous avons fait une petite transformation rapide dans la fourgonnette afin de prendre la route de 5200 KM vers le Québec. L’homme a construit une plate-forme pour installer notre couche royale avec un garage princier en dessous, incluant outils, matériau, vêtements, literie, équipement camping minimaliste, ma jolie petite toilette portative etc… Et en plus on remorquera notre Honda Fit, que l’on doit aussi vendre au Québec.

Alors notre 1e étape, fut d’arrêter à Cuitzeo au Michoacan, afin de prendre possession de la carte d’enregistrement de la fourgonnette. Eh bien, non, pas de carte. On nous explique que cela pourrait prendre jusqu’à une année complète. Oh la la ! Pas grave qu’il nous explique, on vous donnera une lettre explicative en attendant. Pas le choix, on la prend! En soirée, nous avons campé à San Miguel de Allende et dégusté un succulent poulet rôti à la Mexicaine.

Jusqu’à là, tout semble bien aller. Mini “Merci la vie” remorque la Fit sans problème, l’atmosphère à bord est bonne et notre Myco commence à s’adapter à sa nouvelle maison.

Le lendemain on quitte très tôt pour pouvoir se rendre au poste frontalier de Laredo Nuevo – une bonne journée de 900 KM, mais on se dit qu’on est capable. On veut profiter de la fin de semaine pour rouler au max, afin de pouvoir prendre une pause, dans la semaine qui suivra, pour travailler sur la route.

Eh bien, pour faire une histoire longue courte, nous avons passé les douanes avec succès vers 23h30. Très tard, et surtout très fatigués. Nous avons dû faire la queue leu leu pendant 5 heures sur la route #57 en direction de Saltillo. Raisons encore inconnues, mais il y avait de la construction et surtout une micro tempête de sable qui a empoussiérée tout le monde.

Nous pouvions comprendre que beaucoup de gens s’impatientait sur la route. La plupart était entassé comme des sardines, dans de petites voitures compactes, sans trop de ressources. Donc, plusieurs essayaient de sortir de l’autoroute, sur des sentiers de sable en parallèle avec nous, ce qui causait encore plus de poussière. Le reste de la route vers Laredo a super bien été. La vue sur les montagnes est époustouflante.

Nous avons passé les douanes en un tour de main, pas d’attente. On a vite trouvé un stationnement dans le 1ier Walmart qu’on a vu, et nous sommes tombés dans les bras de Morphée en quelques secondes.

Transition dodo: nous avons acheté un matelas 5” mousse\gel. On s’est levé tous les deux avec un mal de dos. Outch! Ça prendra quelque temps pour s’adapter qu’on se dit. Par contre, avec une grandeur Queen, c’est parfait, et même Myco (notre toutou mixte Berger australien) a sa place!

Le lendemain, on déjeune au McDo (wouach le café), car nous n’avons pas d’électricité à bord (pas encore). On décide aussi, de détacher notre Fit de la fourgonnette: dans la tempête de sable, notre Mini “Merci la vie” en a pris pour son rhume. Problème en vue: EGR \ exhaust gas recirculation, ce qui cause un manque de puissance en général.

On reprend la route vers Austin pour prendre possession du frigo Isotherm (3.3 pi cu.) que j’ai commandé chez West Marine. Magnifique, la madame est contente, et s’empresse d’aller faire une petite épicerie.

Transition pour le frigo: vraiment je dois penser au format des produits qui entreront dans le frigo…microscopique, de la quantité, et de l’essentiel que nous aurons besoin pour les p’tits déjeuner et les lunchs. Il fonctionne au 12 volts et à l’électricité et maintient vraiment très bien sa température. Pas question d’oublier bières et vin!

J’avais pris le temps de bien planifier notre route avec des plan A, B, C. Mais c’était sans compter qu’aux États-Unis, c’était un long weekend – le Memorial Day. Oubliez ça les campings ou les State Parks – tous plein à craquer. Nous avons dû nous rabattre dans les Trucks Stop: Love et Pilot, qui malgré tout, offraient des douches propres et chaudes, des repas corrects, et puis avec le ronronnement des gros moteurs diesels, on a dormi comme des loirs!

Transition espace nuit: Pas évident de bouger la nuit dans un “carré” de 3 pieds par 2 pieds, qui est occupé par le lit plus le bol d’eau de Myco, le sac poubelle, les cordons électriques des portables et ma toilette portative… je suis devenue, en à peine une nuit, contorsionniste de toilette, et ce dans un silence absolu, pour ne pas réveiller l’homme. Je ne pourrai jamais me passer de mon “porti Potti” ! Non négociable.

Après un 2e déjeuner au McDo, le café fut meilleur, on clanche sur la route, en prenant chacun nos volants respectifs, vers l’Arkansas – destination nord de Memphis dans un Trucks Stop. Avec des arrêts clés, nous avons réussi à parcourir presque 1000 KM sans trop nous chicaner…difficile de le faire, me direz-vous, quand chacun conduit son véhicule. On a cassé la croute sur le bord du chemin, fait courir notre belle Myco, estimé notre temps d’arrivée, bref, la journée a passé bien vite.

Transition repas à bord: malgré notre petit espace, prendre un bon bol de café au lait moussé est vital – surtout pour moi, question de connecter mes neurones et de dynamiser ma dopamine – hormone bonne humeur. Pas de grille-pain à bord, pas grave, on se fait des tartines de beurre de peanut, des céréales, des fruits et du yogourt. Notre surface pour préparer nos joyeux festins du matin et du midi, se résume à la surface plane du frigo pour l’instant. On se débrouille pas si pire. On fait notre petite vaisselle avec les moyens du bord, et quand nous avons de l’eau courante, c’est le pur bonheur!

 

Transition dodo #2: ça va de mieux en mieux, nos corps commencent à s’adapter au nouveau matelas. Au Texas et en Arkansas, y’a fait chaud en titi, donc je me suis acheter un joli ventilateur portatif à batterie et rechargeable USB.

On continue notre route, toujours chacun à son volant, avec une autre grosse journée de 900 KM vers Grand Rapids, au Michigan. La moitié s’est super bien passée avec des pauses dans des haltes routières entourées d’une nature généreuse.

Vers 16h, en écoutant la radio à tue-tête, j’entends soudainement un bruit strident. Un avertissement de tornade, qui s’en venait droit sur notre trajectoire. En moins de 5 minutes, je vois le ciel d’un gris pâle, se transformer rapidement en un ciel menaçant. Je pouvais clairement y voir la forme embryonnaire de la dite tornade. J’appelle mon Bernard, et lui explique, que nous devons rapidement changer de cap, because c’est pas beau du tout! Pendant que j’attends pour la prochaine sortie d’autoroute, je capture  sur mon cel ce ciel dramatique. Vraiment, c’est tout comme si la tornade nous court après.

On enfile rapidement la sortie, et on change de cap – droit sur l’est. Ça prend une heure, pour finalement sortir de la tourmente, des violentes bourrasques de vent, des fortes pluies. Finalement on arrive à un joli campement, à Grand Rapids. Nous y resteront deux jours, questions de rattraper le retard sur notre travail respectif.

Transition dodo #3: ça y’est, le matelas passe l’examen – on aime. Par contre, plus on monte dans le nord, plus il fait un froid de canard, et ajoutez la pluie et l’humidité, ça fait que nous avons dormi à trois dans le lit, collés, collés avec les pieds froids! Pas besoin de vous dire, que dès le lendemain, je pars à la recherche pour acheter une petite chaufferette portative. Eh bien après deux heures de recherche, je reviens bredouille et grognon. Niet, tous les marchands m’expliquent, qu’ils les vendent seulement quand il fait froid, l’hiver. Yes, vraiment !!! Je rajoute des couvertures supplémentaires, et notre dodo se passe quand même pas si tant pire. Au petit matin, on grelotte tous les deux en préparant nos bols de café au lait, mais l’humeur tient bon!

Je regarde la météo pour les jours à venir: plus on monte au nord, plus le soleil revient, mais le froid aussi. Nous passerons le weekend avec ma fille et mes petits enfants, à Mackinaw au Michigan, en camping. Étant donné que nous sommes légèrement en avance sur notre horaire, je réserve donc un autre 2 jours dans un State Park, à Traverse City. Magnifique endroit, face au majestueux grand lac Michigan, avec ses eaux limpides et bleues turquoise. Très grand terrain, belles salles de douches propres avec toilette. On s’est fait une petite gâterie, avec un super souper au resto Apache Trout Grill, qui nous ont servi un plat de pâtes au fruits de mer divin, accompagné d’une bisque rosée. Ahhh le bonheur.

Transition moustiques: malgré le froid, eh bien les moustiques sont au rendez-vous. Outch, je sors notre attirail de guerre, qui fonctionne, ma foi, pas si pire.

Transition dodo #4: Eh bien finalement, j’ai trouvé ma chaufferette, chez Lowes à Traverse City. Notre prochaine nuit sera plus confortable. Y’annonce un maigre 4 degrés Celsius.

Transition boulot: pas évident de travailler sans avoir de table et d’espace suffisant pour tout étaler. Mon Bernard est soit dans le banc du passager pivotant, que nous avons fait modifié, ou bien à l’extérieur si le soleil se monte le bout du nez. Moi je travaille au lit, parfois sous les couvertures, ou bien dehors entourée d’une jolie forêt. Mais disons, que nous sommes bien emmêlés dans nos fils, faute d’espace, et qu’il nous manque un peu, beaucoup, du confort de notre gros “Merci la vie” !

Bref, l’expérience d’être sur la route à temps plein à bord de Mini “Merci la vie” en vaut la chandelle, malgré que je m’ennuis du motorisé. C’est un super test pour évaluer et nous préparer à ce qui nous attendra, dès l’hiver prochain, à Oaxaca au Mexique. Nous passerons certainement 3 à 4 mois à temps plein dans notre fourgonnette plus nous avons louer une petite casita minimaliste (1 petite chambre, microscopique cuisine et petit salon), mais avec une magnifique terrasse extérieure avec une vue à couper le souffler sur les montagnes de la Sierra Madre de Oaxaca Juarez.

Transition budget: C’est confirmé que nous économisons en roulant avec Mini “Merci la vie” versus le Pusher de 40′. On économise sur les campements et les péages au Mexique. La mécanique et l’achat d’équipement en vue de sa transition, seront eux aussi beaucoup moins dispendieux.

En attendant, je suis pas mal énervée et excitée de revoir ma belle Jennie et mes petits enfants Mimi et Cole pour tout un weekend. Par la suite, nous serons au Québec vers le 3 juin, pour reconnecter avec le reste de note famille et amis qui nous manquent beaucoup… et surtout pour y accueillir avec joie, un 5e petit enfant, qui naître sous peu.

Merci la vie xoxoxo

4 Comments

  1. Josee dufresne dit :

    Merci de partager ,vous êtes vraiment « tentants «  au plaisirs de suivre vos péripéties

    • mercilavie dit :

      Bonjour Josée 🙂 . Un gros merci de nous suivre. Tu sais, la richesse de nos aventures sur la route, c’est parce que l’on apprends des uns des autres. La connexion humaine n’a pas de prix. Nous avons tous une histoire à raconter et à partager, et toi aussi ! On plaisir de te croiser sur les routes!

    • Sandi Roberts dit :

      So glad to find you arrived safely and intact! Hugs from us!

  2. Claude Laroche dit :

    Bonne route ! Au plaisir de vous voir au courant de l’été !

Laissez votre commentaire

Translate »
Aller à la barre d’outils